Pâtisser ! un support d’apprentissage pour les personnes autistes

Quelques soi le fonctionnement de chacun pratiquer des activités est essentiel à l’épanouissement. Pour les personnes présentant de l’autisme j’ai constaté que pâtisser était une activité de développement formidable.
Bien sûr on le sait cela demande une patience admirable pour les accompagnants. Mais lorsque que l’on parvient à faire acquérir une compétence cela est une grande victoire!
Il faut choisir de ne pas se prendre au sérieux et de respecter un grand calme.

Place au ludique dans les cuisines

Pourquoi la pâtisserie? Tout au long de la préparation d’une recette nous pouvons répéter les actions de comptage. Peser sur sur la balance, compter les ingrédients. Ce qui habitue la personne à compter dans son quotidien. Malaxer une pâte sablée, toucher de la farine, casser des œufs est un bon support pour que ces personnes hypersensorielles travaillent leur toucher. C’est bien plus révélateur que de demander à une personne autiste de donner la main. Et puis bien sûr il y a la récompense de voir le résultat.Cela permet de féliciter l’effort de concentration. C’est important pour tout le monde de se sentir capable de réaliser de nouvelles choses et se sentir utile. Pensez qu’en décorant des quatre- quart  ronds d’émoticônes pour rendre compte des émotions  apporte du ludique. Pour interagir avec une personne une personne autiste à besoin d’un support motivant : participer à l’élaboration d’un gâteau peut en être un.

Cela apprend à la fois la patience, le bon déroulement d’une organisation tout en permettant de sensibiliser à la créativité. Car c’est là tout le dilemme de l’accompagnement des personnes autistes elles doivent à la fois pour prendre conscience des autres et de leurs émotions faire des activités créatives mais également pour éviter nombres de troubles adaptatifs être rassurés par l’organisation précise des étape.

 

 

Alors à vos fourneaux et bonne dégustation pour les plus gourmands d’entre vous  !

 

 

 

A propos de Anne 6 Articles
J'ai exercé en tant que : rédactrice notamment pour NeozOne, ainsi que pour la rédaction du quotidien lyonnais "Le Progrès". Également encadrante dans la formation du personnel en situation de handicap, la technique d'apprentissage m'a  toujours énormément intéressée. J'ai ressentie le besoin d'écrire mon analyse sur la place du qualitatif pour ces personnes que j'accompagne dans leur  travail. Il m'a semblé écrire ma parole dès l'instant où j'ai commencé à travailler avec des sourds. L'on pouvait exprimer autrement que par les cordes vocales. Les personnes qui ont une RQTH sont rapides et astucieuses dans leurs apprentissages. Leur réactivité à compenser par la compétence est rapide. L'habitude qu'ils ont au quotidien  du défi et de la perspicacité  leur permet d'évoluer. Aucune personnes ne devraient passer à côté de ses possibilités quelque soit sa situation. Cramponner à un parcours d'évolution par elle même toute personne semble de mieux en mieux se connaître et ainsi travailler, avancer, créer, fonder, innover. J'ai voulu que ces parcours, leurs anecdotes aient un terrain un espace pour le partage. Il nous fallait ensemble montrer les compétences de personnes que ne voient pas d'autres personnes pourtant pas aveugles .

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*