Handisport, ça marche fort !

Le sport : bon pour l’organisme mais pas que ! On pense souvent que le sport est l’affaire du corps. Une usine à biscottos. Pourtant le sport est bénéfique pour le fonctionnement du cerveau, des hormones, des émotions, de l’activité cognitive. Le handisport a su évoluer avec une belle vitesse de performance au fil du temps. les activités qui le regroupent sont de plus en plus nombreuses.

Le sport est justement le bon moyen de recentrer le corps avec l’esprit. Il permet de s’aérer, se changer les idées, s’évader, aller au bout de ses limites. On les appelle les activités physiques adaptés, beaucoup d’éducateurs sportifs se spécialisent dans ce domaine : Le sport adapté au handicap.

Le Handisport débute en 1948 lors des jeux olympiques de Londres !

L’origine du handisport remonte après la seconde guerre mondiale. Le médecin Ludwig Guttmann pensait que ses patients militaires pourraient reprendre confiance en eux par le sport.

En 1960 à Rome débute les premiers jeux paralympiques. En France la première association pour le sport des personnes présentant un handicap est l’association sportive des mutilés de France, devenue la fédération française handisport, elle débute en 1954. Ce qui quand on y pense est assez récent. Depuis l’évolution dans le domaine a prit une belle ampleur. Il existe quelques champions dont l’enthousiasme n’a pas de limite. Comme Oscar Pistorius, amputé des deux pieds à onze mois. On le surnomme « The blade runner », avec ses prothèses il a réalisé des temps de sprint semblable à ceux de personnes valides. Il fut le seul athlète présentant un handicap à concourir dans des championnats du monde pour valide. Nombreuses sont les associations s’investissant pour la pratique du sport auprès des personnes porteuses de handicap.  Notamment Vagedespoir qui propose différent sport de glisse : kitesfurf, wakeboard, snow. En hiver comme en été le paysage est au rendez -vous. On les appelle les « handiriders » rien ne les arrête!

A propos de Anne 7 Articles
Encadrante du personnel en situation de handicap, la technique d’apprentissage m’a toujours énormément intéressée. Je me suis aperçue du potentiel de chacun et j’ai voulu lui accorder une place particulière. Mon expérience m’a amenée à m’intéresser au travail des personnes malentendantes, malvoyantes, des personnes porteuses d‘autisme, des personnes en situation de handicap. J'ai exercé en tant que : rédactrice notamment pour NeozOne, ainsi que pour la rédaction du quotidien « Le Progrès ». Très vite j’ai ressentis le besoin d’écrire mon analyse sur la place du qualitatif pour ces personnes que j’accompagne dans leur travail. Ils ont un humour, une dérision envers eux-mêmes qui ne ferait pas de mal à bien d’autres. Il y avait ses paroles de Sénèque : « Hâte toi à t’accomplir en développant tes capacités ». Aucune personnes ne devraient passer à côté de ses possibilités quelque soit sa situation. Cramponner à un parcours d’évolution par elle même toute personne semble de mieux en mieux se connaître et ainsi travailler, avancer, créer, fonder, innover. J’ai voulu que ces parcours, leurs anecdotes aient un terrain un espace pour le partage. Qu’il existe un échange à propos d’apprendre par soi et avec les autres.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*